Archives de
Auteur : Félicité

67 – 44 soit 23 ans, Ah……. quand même !

67 – 44 soit 23 ans, Ah……. quand même !

Chers amis ou mon très cher journal Je suis sûre que vous avez les mêmes enquiquineurs que moi autour de vous, là j’ai une « copine » bientôt à la retraite et chaque fois que je la vois, j’ai droit à un décompte ridicule, genre dans 6 mois 10 jours, je suis en vacances définitivement avec des rires pour bien en rajouter. Moi, franchement, je pense que ça doit aller bien mal dans sa tête en ce qui concerne son boulot, pour…

Lire la suite Lire la suite

TOUT !

TOUT !

Mes très chers amis ou mon très cher journal si personne ne me lit Je viens de taper dans google : Bien être et puis soignant. Et je viens de tomber sur un concours, c’est dingue ! Un concours où il faut dire ce qui nous énerve le plus au travail ! Ça, c’est un truc pour moi, je vais le faire. Je vais commencer par faire une liste : donc au travail, ce qui m’énerve c’est : Les patients qui arrivent en…

Lire la suite Lire la suite

Je vis des choses que je souhaite que vous ne viviez JAMAIS !

Je vis des choses que je souhaite que vous ne viviez JAMAIS !

Mes chers amis, ou mon cher journal Je vis des choses que je souhaite que vous ne viviez JAMAIS ! Je reprends dans 3 jours et je vis l’enfer. C’est comme si un nuage d’angoisse m’entourait. Je ne sais pas d’où il sort car à priori tout va bien, mais il est épais et je n’arrive pas à m’en débarrasser. Je me répète : « tout va bien se passer, arrête de broyer du noir », rien à faire comme un chewing gum collé…

Lire la suite Lire la suite

Ça ne me rassure pas cette histoire…

Ça ne me rassure pas cette histoire…

J’ai cherché sur internet, j’ai pas le moral, ça n’a rien donné, l’ennui concerne à priori des gens qui n’ont pas assez de travail à faire, ce qui n’est pas mon cas. S’ennuyer au boulot par inactivité, ils appellent ça le bore out et c’est un cousin du burn out. Ça ne me rassure pas cette histoire, je suis vraiment un cas à part, donc avec tout le boulot que j’ai dans la journée et toutes les responsabilités qui vont…

Lire la suite Lire la suite

Envie de vacances au travail

Envie de vacances au travail

Quand même, il faut que je fasse quelque chose pour cet ennui, ça me dérange un peu d’être ainsi. Il parait que sur internet, on trouve tout, Je vais chercher. Mais chercher quoi ? ennui, syndrome du regard sur la pendule, envie de vacances. Tiens ça c’est peut-être pas mal : envie de vacances au travail ! Je vais même mettre : forte envie de vacances au travail. Ou même tout mettre : forte envie de vacances au travail pour cause d’ennui ! Chers amis lecteurs,…

Lire la suite Lire la suite

PRISON…

PRISON…

Bon ben, j’ai bien réfléchi à tout ce que j’ai écrit. Ce n’est pas folichon et heureusement que vous ne me connaissez pas, parce que je ne sais ce que vous penseriez d’une soignante comme moi : mais la VERITE, la vraie VERITE, c’est que dans mon cabinet, je m’ennuie à mourir ! J’ai l’impression de faire une tâche répétitive et tellement répétitive qu’elle ne m’intéresse plus du tout !!! Y en a qui disent que leur boulot, c’est juste leur gagne-pain, mais…

Lire la suite Lire la suite

J’ai dû mettre au moins trois heures pour faire chaque heure

J’ai dû mettre au moins trois heures pour faire chaque heure

Alors aujourd’hui, c’était le pompon ! Y a qu’à moi que ça arrive ! J’ai passé la journée à regarder la pendule, bon ça, classique ! Mais on aurait dit qu’elle refusait du coup d’avancer. Chaque fois que je la regardais, elle avait bougé de trois fois rien et plus je voyais des patients et moins elle avançait. J’ai dû mettre au moins trois heures pour faire chaque heure. Le plus dur, ça a été entre 11h et 12 h…

Lire la suite Lire la suite

« Que lentement passent les heures comme passe un enterrement »

« Que lentement passent les heures comme passe un enterrement »

« Que lentement passent les heures comme passe un enterrement » ce vers de Guillaume Apollinaire revient dans ma tête sans arrêt. Quand je dis bonjour à mon patient, quand je lui souris pour lui dire au revoir, quand je le soigne, cette satanée ritournelle de poésie est là ! Un carnet de rendez-vous archiplein, je cours de tous les côtés comme d’habitude et que me dit mon esprit en me bassinant avec ces vers ? Il me dit la…

Lire la suite Lire la suite

Juste cette fois…

Juste cette fois…

Aujourd’hui, on est dimanche et demain je reprends. Je compte les heures, je me vois déjà dans mon cabinet, cela m’obsède, je ne peux même pas profiter de ma journée !! Je revis sans arrêt ce futur avec un pincement au cœur, le souffle coupé. J’attends avec hâte 18 H pour prendre mon demi anxiolytique. Je suis très raisonnable ! Pas plus d’un demi….. Pourtant je vois dans mon esprit sans arrêt cette boîte, j’ai tant envie d’en prendre un…

Lire la suite Lire la suite

« Libérée, délivrée »

« Libérée, délivrée »

Ce soir, je suis en vacances. Si vous saviez, comme je suis heureuse, je suis comme une enfant, dans ma tête, je chante « libérée, délivrée », juste ces deux mots, je me sens revivre, comme autrefois. Félicité

Les patients ont tant changé

Les patients ont tant changé

Comment ça a commencé ? Cela fait si longtemps, si longtemps, je ne sais pas pourquoi j’ai changé ainsi ? Quand j’y repense, il n’y a rien de précis : les journées trop longues ? Le temps, ce fichu temps toujours trop court, toujours, toujours trop court, si je pouvais l’arrêter… Tous ces papiers à remplir et si je les remplis mal, je me fais taper sur les doigts… Ces patients, ils ont tant changé !!!! Ils sont devenus agressifs,…

Lire la suite Lire la suite

Qui je suis ?

Qui je suis ?

Vous avez lu mon premier message, et vous voulez sans doute savoir qui je suis ? Qui je suis ? Vous ne le saurez pas, vous devrez vous contenter d’un prénom, Félicité. Mais sachez que je suis quelqu’un de respectable, je suis un soignant, j’ai fait beaucoup d’études, j’ai une réputation, vous comprendrez que vous ne devez pas savoir qui je suis, si vous l’appreniez, ce serait la catastrophe, qu’est-ce que je deviendrai ? Suis-je encore digne de soigner si…

Lire la suite Lire la suite

Allez au diable, je m’en fous

Allez au diable, je m’en fous

Aujourd’hui n’est pas un jour comme les autres pour moi, aujourd’hui, j’ai pris une grande décision, moi aussi, je vais raconter ma vie sur le « net », je vais le dire enfin : je souffre d’EPUISEMENT PROFESSIONNEL. Pourquoi vouloir le dire ? Je ne sais pas, tout ce que je sais c’est que je souffre. Je souffre d’EPUISEMENT PROFESSIONNEL ; J’en suis sûre, moi, au moins. Je souffre. C’est pas comme toutes ces personnes qui me disent que j’ai un problème et…

Lire la suite Lire la suite